Le blog de Nicolas de Rouyn

Bonjour.
Ceci est un blog dédié au vin et au monde du vin, qu'on appelle aussi le mondovino. Et à tout ce qui entoure le vin, les belles tables,
les beaux voyages, les tapes dans le dos et les oreilles tirées.
Cela posé, ce qu'on y lit est toujours de-bon-goût-jamais-vulgaire,
ce qui peut plaire à votre mère. Dites-le lui.
(Only dead fish swims in ze stream).
Les photos sont signées Mathieu Garçon, sauf mention. Pour qu'elles soient belles en grand, il suffit de cliquer dessus.
Au fait, il paraît que "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération".
Nicolas de Rouyn



lundi 15 janvier 2018

Mes magnums (56), un best buy à Bordeaux

Château Marquis de Terme, grand cru classé en 1855, margaux 2015 


Pourquoi lui 
Parce qu’il est infiniment agréable de dire au monde le bien qu’on pense du vin de quelqu’un qu’on estime. Le directeur général des vignobles Sénéclauze, à qui l’on doit la renaissance du cru, s’appelle Ludovic David. Il a passé quatre années au sein de l’organisation Bernard Magrez, véritable université du vin qui forme in situ les cadres supérieurs de la filière aux arcanes de la production de grands vins. Et où chaque structure concurrente vient se servir en professionnels de haut niveau sans autrement de scrupules.

On l’aime parce que
Un margaux, grand cru classé de 1855 dans un millésime de grande garde et à ce prix-là, je vous fais un dessin ou je vous mets trois caisses de six magnums directement ?

Combien et combien ?
3 000 magnums, 82 euros le magnum

Avec qui, avec quoi ?
Là encore, choisissez une réunion d’esprits libres, de ceux qui savent que le bordeaux-bashing est une imposture, qui comprennent ce que le mot « complexité » veut dire s’agissant d’un vin. Et prenez le temps de les choisir avec soin, ce vin donnera son meilleur dans une dizaine d’années. Mais il est déjà bon aujourd’hui, comme tous les grands vins.

Il ressemble à quoi ?
À ces super-bordeaux qui font l’essentiel du retour en grâce du bordeaux. Ce concept inventé sur un coin de table de réunion par Thierry Desseauve s’articule autour de trois axes, le plaisir immédiat, la qualité de la promesse dans le temps, le prix. Ce marquis-de-terme joue dans cette cour.

La bonne heure du bonheur
À table et nulle part ailleurs, on n’est pas à NYC et ce n'est pas un apéro

Il fait penser à
Au plaisir de rentrer chez soi après les vacances. On peut se promener partout, mais quand on revient, c’est dans un verre de bordeaux.

Le hashtag
#bordeauxestgrand

Le bug
On n’en voit (boit) pas souvent

Ce qu’en dit le Bettane+Desseauve
Harmonie onctueuse et brillante, grand velouté, subtil. Complet, grande couleur, grand corps, magnifique velouté de texture, finesse réelle d’extraction, un vin au cœur de la grande réussite de cette appellation et un grand vin encore accessible en prix.
18/20

Cet article a été publié dans En Magnum #09 en septembre 2017 et sous une forme différente.
Le numéro 10 vient de paraître, il est en vente chez votre marchand de journaux. Il ressemble à ça :